Derniers billets

Tchad : les vraies raisons derrière l’état d’urgence !

Mensonge sur l'État d'urgence au Tchad

Par décret n°1162 du 19 août 2019, le président Deby a instauré un état d’urgence suite à la recrudescence des conflits intercommunautaires dans  les provinces du Ouaddaï, du Sila et du Tibesti. Ces conflits, de plus en plus meurtriers, ont récemment fait plus de cent morts dans les deux premières provinces citées. Bien que les questions de pâturages soient le mobile des conflits, l’intrusion de l’Etat n’est pas anodine. Face à la divergence des opinions sur la scène politique, que penser vraiment d’une telle décision ?

Nigéria : Mouvement #RevolutionNow renforcé par l’arrestation de son leader

Arrestation du leader de #RevolutionNow

En vérifiant comme chaque matin ma page Facebook le 3 août 2019, j’ai appris l’arrestation par le Département des services d’État du Nigéria, de l’activiste Omoyele Sowore. En clair : le gouvernement nigérian a arrêté le chef d'un groupe pacifique qui appelle à la révolution. Mais l'arrestation de Sowore ne sera d’aucune utilité pour tuer le mouvement #RevolutionNow. Au contraire, elle aura probablement exactement l’effet inverse.

Afrique: les préalables pour bénéficier des avantages de la ZLEC

Des préalbles sont nécessaires à la mise en oeuvre de la ZLEC

Selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, le commerce intra-africain pourrait augmenter de plus de 50 % en volume et même doubler environ dix ans après l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale (ZLEC). Cependant, au regard de la grande diversité des configurations économiques que présentent ces Etats, la mise en œuvre de la ZLEC sans réformes structurelles préalables sera vouée à l’échec. Dès lors, quelles sont les réformes indispensables pour une opérationnalisation réussie de ce projet d’envergure continentale?

Afrique du Sud : le gouvernement joue avec la santé des citoyens

la santé en danger en Afrique du Sud

Winston Churchill a dit un jour «Celui qui échoue à planifier, planifie d’échouer ». La planification n’est pas une garantie de succès. Preuve en est, le gouvernement sud-africain ne cesse d’élaborer des plans et des politiques visant à tout régler, de la South Africa Airways (SAA) à Eskom en passant par l'économie en difficulté et le résultat se fait attendre. Le plus incompréhensible est le déficit de capacités lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre ces plans.

Zimbabwe : comment juguler la grave crise de l’électricité ?

Grave crise de l'électricité au Zimbabwe

Le Zimbabwe traverse présentement une grave crise énergétique consécutive à une offre de l’énergie électrique inférieure à la demande. Selon les statistiques de la Zimbabwe Electricity Supply Authority (ZESA) le pays dans son ensemble n’arrive à produire qu’environ 1 092 MW pour une demande de 2 100 MW[1] en raison du manque d’eau dans le barrage de Kariba, mais aussi du déficit de devises limitant sa capacité d’importation des pays voisins. Pour faire face au déficit financier, le gouvernement a décidé d’augmenter le tarif de l’électricité. Est-ce la solution idoine?